L'impact environnemental du télétravail - Fabien Perot

L’impact environnemental du télétravail

Impact Environnemental du télétravail

Maintenant que la pratique du télétravail a littéralement explosé, la question de son impact environnemental se pose aussi. Bien que chacun allume aujourd’hui son ordinateur de façon naturelle pour regarder une série, faire ses comptes ou travailler, le télétravail n’en est pas pour autant quelque chose de virtuel, bien au contraire. Je vais vous aider à mieux comprendre les enjeux.

Comment ça fonctionne ?

Un peu (beaucoup) de serveurs de données, quelques routeurs, quelques ordinateurs, de l’électricité, et la chaîne est parfaitement constituée pour vous permettre de télétravailler ! Cela représente une quantité de terminaux électroniques et informatiques absolument gigantesque à l’échelle mondiale, et quand on sait l’impact environnemental qu’ont ces terminaux lors de leur fabrication notamment, cela fait froid dans le dos.

L’impact environnemental réel

Le télétravail vient donc renforcer cette empreinte néfaste du numérique sur la planète. Et télétravailler, ce n’est pas juste envoyer des mails, c’est aussi passer des appels et participer à des visioconférences. Des pratiques qui demandent donc beaucoup de ressources, et évidemment plus l’on échange de données, plus l’on pollue.

  • 1 minute d’appel ou 1 sms = 0.1g de CO2
  • 1 mail simple : 4g de CO2
  • 1 recherche internet = 5g de CO2
  • 1 mail stocké pendant 1 an = 10g de CO2
  • 1 minute de visio = 16g de CO2
  • 1 mail avec pièce jointe = jusqu’à 50g de CO2
  • 1 utilisation de clé usb = 100g de CO2

Faites vous-même l’exercice pour vous rendre compte de votre impact. Évaluez le nombre de mails ou de messages instantanés que vous envoyez chaque jour, ainsi que le temps que vous passez en communication audio ou vidéo (j’attends vos résultats en commentaire !).

Les petits gestes à adopter

Rassurez-vous, il y toujours des gestes simples à adopter et qui deviendront un réflexe pour vous :

  • Limiter le recours à la vidéo (ou tout du moins la couper quand elle n’est pas nécessaire ou en réduire la qualité)
  • Préférer des mails et des messages non-volumineux, en limitant le nombre et le poids des pièces jointes
  • Prolonger la durée de vie de ses équipements informatiques

Alors, voiture ou télétravail ?

À vos calculettes à nouveau… Et si vous faisiez une comparaison très simple entre l’impact du télétravail et l’impact de votre trajet domicile-travail ?

Pour cela, je vous conseille l’excellent calculateur de l’ADEME, disponible ici.

Dépendamment de votre moyen de transport habituel (voiture, tramway, bus, métro), calculez votre empreinte pour la distance journalière que vous faites entre votre domicile et votre lieu de travail, et comparez-le aux impacts estimés de votre utilisation du numérique sur une journée de travail. Si le télétravail vous évite un déplacement en voiture, il y a de grandes chances que votre empreinte soit drastiquement réduite. En revanche, si vous troquez un déplacement à vélo ou en transport en commun contre une journée de télétravail, le match est parfois très serré !

Est-ce négatif à ce point-là ?

Non, non et non ! Même si le regard “environnemental” que l’on peut jeter sur le télétravail ne montre pas un bilan parfait (mais comme pour tout !), il en présente certains avantages concrets. Dans la grande majorité des cas, il permet de réduire ses émissions de gaz à effet de serre et de particules fines, tout en réduisant le nombre de voitures en circulation. Il est également une vraie avancée dans la manière de travailler et de concilier vie professionnelle et vie personnelle. Il vient s’ajouter aux nouvelles possibilités de travail qui s’offre à nous, et fait partie malgré tous des excellents avantages de la digitalisation des entreprises. Comme à chaque fois, le compromis dans la pratique du télétravail sera votre meilleure force pour maîtriser vos impacts. À vous de jouer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page