L'empreinte carbone d'un site web avec Website Carbon Calculator - Fabien Perot

L’empreinte carbone d’un site web avec Website Carbon Calculator

Je vous parle souvent de techniques d’éco-conception web et des manières de réduire l’impact environnemental d’un site web. Je voulais donc vous parler aujourd’hui d’un outil qui permet justement de quantifier l’impact d’un site en termes d’émissions CO2. Cet outil, c’est Website Carbon Calculator (WCC).

Comment ça marche ?

C’est extrêmement simple, puisque vous n’avez qu’à entrer l’adresse du site web que vous voulez analyser. En quelques secondes, l’outil affiche une estimation de la quantité de CO2 émise lorsque l’on visite une page du site web en question. Il renvoie également une deuxième information intéressante, à savoir si le site web est alimenté, ou non, grâce aux énergies renouvelables (via l’hébergeur du site).

A la fin de l’analyse, WCC fournit également quelques conseils pour améliorer le score (même si ce sont les mêmes conseils qui reviennent tout le temps…).

Quelles sont les données analysées ?

Website Carbon Calculator se base sur 5 critères :

  • Le volume de données transférées
    WCC mesure le nombre de données téléchargées pour la consultation du site web analysé : plus le site est gourmand et lourd, plus il sera impactant sur l’environnement.
  • L’intensité énergétique des données transférées
    L’outil considère toute l’énergie utilisée par les datacenters, les réseaux de communication et les terminaux de consultation (smartphone, ordinateur, tablette), en la rapportant au nombre de données transférées.WCC considère donc une intensité moyenne de 1.8kWh/GB pour ses calculs, quelque soit le site et quelque soit le visiteur.
  • La source d’énergie utilisée
    A nouveau, cette donnée diffère d’un site à l’autre. WCC se source sur la Green Web Foundation pour déterminer la nature de l’électricité qui alimente les datacenters, en favorisant les hébergeurs verts qui utilisent une source d’énergie renouvelable.
  • L’intensité carbone de l’électricité
    WCC applique deux barèmes d’émissions CO2 selon « l’origine » de l’électricité : 33.4g eq CO2 / kWh pour de l’électricité issue d’énergie renouvelable, et 475g eq CO2 / kWh pour l’électricité d’un réseau électrique classique.
  • Le trafic du site
    En considérant le trafic annuel d’un site web en termes de nombre de visiteurs, WCC renvoie une estimation annuelle des émissions de CO2 produit par un site web.

Les limites de l’outil

Aussi intéressant soit-il, l’outil connaît quelques limites sur le résultat qui est donné. L’empreinte carbone mesurée est en effet assez approximative puisqu’elle repose sur de nombreuses hypothèses. L’intensité énergétique des données est ainsi estimée à 1.8 kWh/GB en divisant la consommation électrique liée au web d’une année entière, par le nombre total de données échangées dans le monde sur une année. C’est une estimation qui est peut-être correcte, mais qui me semble bien éloignée de la réalité d’un site web, qui vit totalement différemment d’un site à l’autre, d’un pays à l’autre et d’un utilisateur à l’autre. Même combat pour l’intensité carbone de l’électricité, qui est complètement dépendante d’un pays.

On y retrouve finalement les difficultés bien connues par les acteurs de l’Analyse du Cycle de Vie (ACV), où l’objectif est de jongler avec les données disponibles pour quantifier certaines émissions. Je trouve la démarche de WCC louable et très efficace pour sensibiliser les utilisateurs, et j’espère que les estimations carbones pourront être affinées au fil du temps.

Parmi les autres limites (mais que l’on retrouve néanmoins sur de nombreux outils), WCC n’analyse que la page d’accueil, et non le site web en entier.

Vous l’aurez compris, même si l’outil présente certaines limites derrière une simplicité étonnante, il n’en demeure pas moins très intéressant pour appréhender la notion d’empreinte carbone d’un site web. Il s’ajoute à la panoplie des autres outils d’éco-conception web (EcoIndex, GTmetrix…), qui ne permettent pas forcément une analyse environnementale en profondeur, mais en tout cas de prendre conscience de l’impact potentiel d’un site web.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page